Sarcophage à la dérive | 08/07/2069

Olivier Parent Commentaires fermés sur Sarcophage à la dérive | 08/07/2069
Sarcophage à la dérive | 08/07/2069

This post has already been read 1052 times!

Pour la génération de nos parents, Michael Jackson représente LA Pop Star.

En leur temps, les Beatles ont révolutionné le Rock’n Roll. A la fin du XXe siècle, Michael Jackson a donné à la pop music une dimension jamais atteinte.

Mais si l’on parle aujourd’hui de lui, ce n’est pas parce que sa discographie présente une actualité particulière mais parce que la dépouille du célèbre chanteur se trouve dans une situation des plus inattendues.

A son décès, Michael Jackson a été plongé en hibernation nanotech. La chose avait été gardée secrète pendant de nombreuses années, la technique en était à ses balbutiements.  Aujourd’hui la procédure est bien rodée : en cas de décès, l’hibernation nanotech doit être engagée en moins de trois minutes afin de préserver les cellules cérébrales de toute détérioration.

C’est ainsi que le corps de la pop star baigne dans un bain nanotech. Les caissons sont renouvelés au gré des évolutions de la technique. Les nanorobots assurent « l’entretien » des cellules du corps. Ils le maintiennent dans une stase contrôlée, en attendant que le corps médical juge opportun de réveiller le dormeur. Les médecins veulent s’assurer de pouvoir soigner le patient avec succès et lui assurer ainsi une nouvelle jeunesse.

Les milliardaires que l’on garde durant des temps indéfinis (à la mesure de leurs revenus posthumes…), on les compte désormais par centaines.

Le problème du sarcophage de Michael Jackson est de se trouver au cœur d’une procédure qui traîne depuis plus de 15 ans. Les nombreux ayant-droits de la Pop Star n’en finissent pas de se déchirer les dernière miettes d’un héritage désormais éparpillé à l’infini. 

Mais le caisson demande de l’entretien et des fonds que certains verraient bien dans leur escarcelles. Le juge semble décidé à confier la garde du sarcophage du chanteur à la fondation qui porte son nom. 

Reste la question de l’argent. La Fondation n’a pas les moyen de l’entretien du sarcophage, ses statuts la voue à des œuvres d’éducation. 

Ne reste qu’une solution : lancer une souscription public pour sauver le corps de la star ! Sarcophage en détresse… Sarcophage à la dérive…

 


Ce texte fait parti de la collection « Carnets d’avenirs »chroniques radio diffusées sur radio RGB.

 

Comments are closed.