La customisation est-elle l’avenir de l’industrie de la cosmétique ? | Fastcompany.com

Revue de Presse Commentaires fermés sur La customisation est-elle l’avenir de l’industrie de la cosmétique ? | Fastcompany.com
La customisation est-elle l’avenir de l’industrie de la cosmétique ? | Fastcompany.com

This post has already been read 905 times!

Pour citer mon fiancé: « Tu as appuyé sur quelques boutons et tout à coup vous êtes Estée Lauder ? »

J’avait agi de manière un peu arrogante après avoir conçu une nouvelle couleur, jamais vue auparavant, via la startup de cosmétique Finding Ferdinand, qui produit des nuances de rouge à lèvres sur mesure. J’avais choisi du fuchsia, un peu de cranberry, avec juste un soupçon de mauve. Et voici, j’ai donné la vie à une nouvelle teinte de rouge à lèvres ! Je suis une créatrice originale. Un génie, vraiment. Je vais donner à ma couleur un nom.

Ce fut un processus assez simple: Finding Ferdinand envoie une palette de lèvre dans le courrier, que vous utilisez pour mélanger votre teinte préférée. Ensuite, vous soumettez votre couleur à une estimation sur le site Web de l’entreprise qui permet jusqu’à 65.000 combinaisons de couleurs.

Ce n’était qu’un produit de beauté, mais je me sentais puissante, comme je possédais que ma marque de cosmétiques.

«La beauté est une chose très personnelle», dit le fondateur de Finding Ferdinand, Nhu Le. «Les gens ne veulent pas qu’on leur dise quoi faire. Ils veulent choisir ce qui leur semble bon. »


To quote my fiancé: « You pressed a few buttons and suddenly you’re Estée Lauder?

« I had been acting a bit cocky after having crafted a new, never-before-seen color via the cosmetics startup Finding Ferdinand, which produces custom-made lipstick shades. I selected a good chunk of fuchsia, a bit of cranberry, with just a hint of mauve. And behold, I gave life to a new shade of lipstick! I am an original. A creator. A genius, really. I had to give my color a name. I went with « The Seduction of John Stamos. »

It was quite a simple process: Finding Ferdinand sends a lip palette in the mail, which you use to mix your preferred shade. Then, you submit a rough estimate of the colors through the company’s website, which allows up to 65,000 color combinations.

It might be just a beauty product, but I felt powerful, like I owned that cosmetic.

« Beauty is a very personal thing, » says Finding Ferdinand founder Nhu Le. « People don’t want to be told. They want to choose what looks good. »

Source : Is Customization The Future Of The Beauty Industry? | Fast Company | Business + Innovation

Comments are closed.