Le salaire de la peur ou ivresse du voyage ? | 21/10/2069

Olivier Parent Commentaires fermés sur Le salaire de la peur ou ivresse du voyage ? | 21/10/2069
Le salaire de la peur ou ivresse du voyage ? | 21/10/2069

This post has already been read 492 times!

Au cours des dix prochaines années, avec l’ouverture d’un nombre toujours plus grand d’exploitations minières « hors-Terre », les voyages dans l’espace vont se généraliser. Les agences de recrutement spécialisées dans les personnels spatiaux sont d’ores et déjà submergées de candidatures pour des postes de mineurs, de géologues…de camionneurs de l’espace.

Une question se pose : qu’est-ce qui pousse ces personnes à passer de 3 à 5 années de leur vie dans un voyage qui sera loin d’être un séjour d’agrément ?

Le sommeil contrôlé, toujours appelé hibernation, est sortie des laboratoires pour faire partie de l’arsenal médical à disposition des voyageurs, mais les solutions techniques pour répondre aux conditions d’exploitation minière dans l’espace en sont encore à chercher un juste équilibre.

Deux solutions parmi d’autres : envoyer du personnel dans les champs d’astéroïdes afin de faire sur place les travaux d’extraction, ou bien manœuvrer ces mêmes astéroïdes pour les lancer en direction de la Terre et les faire se projeter sur la Lune pour les exploiter à l’endroit de leur chute. 

Une chose est sûre, il faudra envoyer du personnel dans les champs d’astéroïdes afin de construire les premières stations, ces « camps de base » indispensables aux futures mineurs. Ces hommes et ces femmes devront se préparer à des conditions de vie extrêmes sur de longs mois, en plus de la durée des voyages. Les premiers à partir sont ceux qui auront à subir les conditions les plus rudes.

Les premières compagnies minières sont en plein déploiement. Les développements des programmes d’exploitation se concentrent sur la ceinture d’astéroïdes. Un consortium international s’est entendu pour faire de Cérès un port franc. C’est l’un des plus gros astéroïdes de cette ceinture située entre Mars et Saturne. La taille de Cérès (environ 1000 km de diamètre) assurera une gravité minimum qui sera d’un grand secours pour l’installation des bases spatiales d’exploitation minière.

 


Ce texte fait parti de la collection « Carnets d’avenirs »chroniques radio diffusées sur radio RGB :

Quinzième épisode en podcast, deuxième texte

Comments are closed.